Figure de style consistant à inverser l’ordre des termes dans les parties symétriques de deux membres de phrase, de manière à former un parallèle ou une antithèse. Il y a chiasme dans : « Il faut manger (pour vivre) et non pas vivre (pour manger) » ; « C’est bonnet blanc et blanc bonnet ».

Figure de style qui consiste en un croisement d'éléments dans une phrase ou dans un ensemble de phrases sur un modèle AB/BA et qui a pour effet de donner du rythme à une phrase, d'établir des parallèles, ou de renforcer une antithèse. Exemples : 
 « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine, «Les animaux malades de la Peste»)
 « La neige fait (au nord) ce qu'(au sud) fait le sable. » (Victor Hugo)

 - prononciation : (ch se prononce k) 
 - nom masculin
 - étymologie : XIVe siècle. Dérivé du grec khiasmos, « disposition en croix », de khi, nom de la lettre grecque en forme de X.

sources : https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9C1975https://fr.wikipedia.org/wiki/Chiasme

En grammaire, pour les signes de ponctuation, on distingue : 
- ponctuation forte (=qui délimite une phrase) . (point) ? (point d'interrogation) ! (point d'exclamation) ... (points de suspension)
- ponctuation moyenne (=qui délimite un membre de phrase, en juxtaposant les propositions) : (double-point) ; (point-virtule)
- ponctuation faible (qui sépare des mots ou groupes de mots dans la phrase) , (virgule)

En analyse littéraire, on sera attentif à la
- ponctuation expressive comme ? (point d'interrogation) ! (point d'exclamation) ... (points de suspension)
- ponctuation qui sous-entend un rapport logique comme : (double-point) qui introduit un exemple, une explication (=une cause), une conséquence...

 

Vers de 12 syllabes composé de deux hémistiches (=demi-vers) de 6 syllabes: ainsi, les accents principaux sont à la sixième et la douxième syllabe, et chaque hémistiche peut contenir un accent secondaire. 

Cela produit un effet comparable aux pieds de la prosodie antique: 
 ex. tiré du Cid, de Corneille : Nous parmes cinq cents, || mais par un prompt renfort ... (3+3) || (4+2) 

Ce mètre s'impose en français à partir du XVI° siècle. 

 

Exceptionnellement, l'alexandrin peut être un trimètre de 4+4+4 syllabes: ce type de vers devient assez fréquent chez les Romantiques au XIX° siècle. 
 ex. de Victor Hugo (Les Contemplations, « Quelques mots à un autre » : J'ai disloqué || ce grand ni¦ais || d'alexandrin. (Rem. diérèse dans ni-ais)

Vers de 7 syllabes.

L'heptasyllabe comporte généralement deux accents, par ex. 
 - Une vanité si folle (5+2)
 - Ce n'est pas vous, c'est l'idole (4+3)
 - Un limier le fait partir (3+4)
 - Il tâch(e) à se garantir (2+5)

Très fréquent au Moyen Âge, employé parfois par La Fontaine, ou par Verlaine.