Augusti Cognomina

C. Suetoni Tranquilli Vita Diui Augusti, cap. VII

(1) Infanti cognomen Thurino inditum est, in memoriam maiorum originis, uel quod regione Thurina recens eo nato pater Octauius aduersus fugitiuos rem prospere gesserat. (2) Thurinum cognominatum satis certa probatione tradiderim, nactus puerilem imagunculam eius aeream ueterem, ferreis et paene iam exolescentibus litteris hoc nomine inscriptam, quae dono a me principi data inter cubiculi Lares colitur. (3) Sed et a M. Antonio in epistolis per contumeliam saepe Thurinus appellatur, et ipse nihil amplius quam mirari se rescribit, pro obprobrio sibi prius nomen obici. (4) Postea Gai Caesaris et deinde Augusti cognomen assumpsit, alterum testamento maioris auunculi, alterum Munati Planci sententia, cum, quibusdam censentibus Romulum appellari oportere quasi et ipsum conditorem urbis, praeualuisset, ut Augustus potius uocaretur, non tantum nouo sed etiam ampliore cognomine, quod loca quoque religiosa et in quibus augurato quid consecratur augusta dicantur, ab auctu uel ab auium gestu gustuue, sicut etiam Ennius docet scribens:

"Augusto augurio postquam inclita condita Roma est".

Vie d'Auguste par Suétone - chap. 7: les surnoms d'Auguste

(1) Dans son enfance, on le surnomma Thurinus, soit pour rappeler l'origine de ses aïeux, soit parce que, peu de temps après sa naissance, son père Octavius avait remporté quelques succès sur les fugitifs dans le canton de Thurium. (2) Il me serait facile de fournir des preuves certaines qu'il fut appelé Thurinus, d'après une petite médaille en bronze que je possède, où il est représenté encore enfant avec ce surnom en lettres de fer déjà presque effacées. J'en ai fait présent à l'empereur qui maintenant la révère parmi ses dieux domestiques. (3) De plus, Antoine, dans ses lettres, appelle souvent Octave Thurinus par forme de mépris, et Octave lui répond qu'il trouve étrange qu'on lui fasse une injure de son premier nom. (4) Dans la suite il prit celui de César, puis celui d'Auguste, l'un d'après le testament de son grand oncle, l'autre en vertu de la motion faite par Munatius Plancus. Quelques-uns pensaient qu'il fallait l'appeler Romulus, parce qu'il était en quelque sorte le fondateur de Rome. Mais le surnom d'Auguste prévalut comme nouveau et plus noble. Il caractérisait les lieux saints, ceux où les augures consacraient quelque chose, soit que cette dénomination vînt d'auctus, soit qu'elle fût tirée des mots "auium gestus" ou "gustus", appliqués aux oiseaux, ainsi que l'indique ce vers d'Ennius : "Quand Rome s'éleva sous d'augustes présages, etc."

nactus: moi qui ai possédé
aereus, a, um : d'airain, de bronze
dono principi dare:

Exercice: - Rechercher les expressions latines pour
- dans le canton de Thurium
- peu de temps après sa naissance (recens eo nato)
- avait remporté quelques succès
- preuve certaine (certa probatione)
- en lettres de fer déjà presque effacées
- avec ce nom inscrit

Synthèse :

Auguste s'appelle à sa naissance Caius (prénom) Octavius (nom de famille). Enfant il reçoit le surnom de Thurinus, suite à la victoire militaire de son père dans le canton de Thurium
- prænomen : Caius
- nomen : Octavius
- cognomen: Thurinus

Lorsqu'il accepta l'héritage de son grand-oncle Jules César, à 19 ans, il reprit tout le nom de celui-ci: Caius Iulius Caesar, son patronyme propre pouvant s'ajouter comme deuxième surnom sous la forme adjectivale Octavianus. (Néanmoins, il n'est pas assuré qu'Octave ait pris le surnom d'Octavianus après son adoption. Il semble s'être fait appelé Caesar et le nom d'« Octavien » est utilisé par les historiens pour éviter toute confusion avec Jules César.)

Nom à sa mort: Imperator Caesar Divi Filius Augustus 

Auguste (Latin : Caius Octavius Thurinus à sa naissance, Imperator Caesar Divi Filius Augustus à sa mort), d'abord appelé Octave puis Octavien, né le 23 septembre 63 av. J.-C. et mort le 19 août 14 ap. J.-C. est le premier empereur romain.

Le titre "Augustus" est assez particulier. Conformément à la tradition romaine, il s'agit d'un surnom ou cognomen qu'on ajoute aux prénom et nom, tout comme on ajoute au nom d'un général vainqueur un surnom formé sur le nom du peuple vaincu. Il est décerné au général si le territoire de Rome a été accru par la victoire. Le terme Augustus est à forte connotation religieuse : avant d'être décerné à Octave, il n'est employé comme adjectif qu'à l'égard d'un dieu. En effet, le terme est rattaché à une double étymologie : augur, le devin, et augere, faire croître naturellement. Par ce titre, on considère donc qu'Octave est doué d'une auctoritas ou autorité naturelle, et qu'il est celui qui augmente perpétuellement l’ager publicus.

Augustus Antonium vidit mortuum

C. Suetoni Tranquilli Vita Diui Augusti, cap. XVII

(6) ... Asiae Syriaeque circuitu Aegyptum petit obsessaque Alexandrea, quo Antonius cum Cleopatra confugerat, breui potitus est. (7) Et Antonium quidem, seras conditiones pacis temptantem, ad mortem adegit uiditque mortuum. (8) Cleopatrae, quam seruatam triumpho magnopere cupiebat, etiam psyllos admouit, qui uenenum ac uirus exugerent, quod perisse morsu aspidis putabatur. (9) Ambobus communem sepulturae honorem tribuit ac tumulum ab ipsis incohatum perfici iussit. 

Vie d'Auguste par Suétone - chap. 17: la mort d'Antoine

Puis il gagna l'Égypte par l'Asie et la Syrie, assiégea Alexandrie où Antoine s'était réfugié avec Cléopâtre, et s'en rendit bientôt maître. (7) Antoine voulut parler de paix; mais il n'était plus temps. Auguste le contraignit à se tuer, et il le vit mort. (8) Il désirait ardemment réserver Cléopâtre pour son triomphe; et, comme on croyait qu'elle avait été mordue par un aspic, il fit venir des psylles pour sucer le venin de la plaie. (9) Il accorda les honneurs d'une sépulture commune à Antoine et à Cléopâtre, et ordonna qu'on achevât le tombeau qu'ils avaient commencé pour eux-mêmes. 

C. Suetoni Tranquilli Vita Diui Augusti, cap. XXIX

(1) Publica opera plurima exstruxit, e quibus uel praecipua: forum cum aede Martis Vltoris, templum Apollinis in Palatio, aedem Tonantis louis in Capitolio. (2) Fori exstruendi causa fuit hominum et iudiciorum multitudo, quae uidebatur non sufficientibus duobus etiam tertio indigere; itaque festinatius necdum perfecta Martis aede publicatum est cautumque, ut separatim in eo publica iudicia et sortitiones iudicum fierent. (3) Aedem Martis bello Philippensi pro ultione paterna suscepto uouerat; sanxit ergo, ut de bellis triumphisque hic consuleretur senatus, prouincias cum imperio petituri hinc deducerentur, quique uictores redissent, huc insignia triumphorum conferrent. (4) Templum Apollinis in ea parte Palatinae domus excitauit, quam fulmine ictam desiderari a deo haruspices pronuntiarant; addidit porticus cum bibliotheca Latina Graecaque, quo loco iam senior saepe etiam senatum habuit decuriasque iudicum recognouit. (5) Tonanti Ioui aedem consecrauit liberatus periculo, cum expeditione Cantabrica per nocturnum iter lecticam eius fulgur praestrinxisset seruumque praelucentem exanimasset. (6) Quaedam etiam opera sub nomine alieno, nepotum scilicet et uxoris sororisque fecit, ut porticum basilicamque Gai et Luci, item porticus Liuiae et Octauiae theatrumque Marcelli. (7) Sed et ceteros principes uiros saepe hortatus est, ut pro facultate quisque monimentis uel nouis uel refectis et excultis urbem adornarent. (8) Multaque a multis tunc exstructa sunt, sicut a Marcio Philippo aedes Herculis Musarum, a L. Cornificio aedes Dianae, ab Asinio Pollione atrium Libertatis, a Munatio Planeo aedes Saturni, a Cornelio Balbo theatrum, a Statilio Tauro amphitheatrum, a M. uero Agrippa complura et egregia.

Vie d'Auguste par Suétone - chap. 29. Les transformations de Rome

(1) Il fit exécuter un grand nombre de travaux publics. Voici les principaux: le Forum et le temple de mars Vengeur, le temple d'Apollon sur le mont Palatin, le temple de Jupiter Tonnant au Capitole. (2) Les deux places publiques où l'on rendait la justice, ne pouvant plus suffire à la foule des plaideurs il en fit faire une troisième. Telle fut l'origine du Forum. Avant que le temple de Mars fût achevé, il se hâta de publier et d'ordonner que ce lieu serait destiné au jugement des affaires criminelles, et à la désignation des juges par la voie du sort. (3) Il avait fait voeu de construire le temple de Mars pendant la guerre de Macédoine qu'il avait entreprise pour venger la mort de son père. Il ordonna que ce serait dans ce temple que le sénat délibèrerait sur les guerres et les triomphes; que ceux qui se rendraient dans les provinces avec un commandement, partiraient de cet édifice; et que ceux qui reviendraient vainqueurs y porteraient leurs trophées. (4) Il éleva le temple d'Apollon dans l'endroit de sa maison du mont Palatin qui avait été frappé de la foudre, et où les augures avaient déclaré qu'Apollon désirait une demeure. Il y ajouta un portique et une bibliothèque grecque et latine. C'est là que, sur ses vieux jours, il assemblait souvent le sénat et dénombrait les décuries de juges. (5) Dans son expédition chez les Cantabres, pendant une marche de nuit, la foudre en effleurant sa litière, avait écrasé l'esclave qui le précédait pour l'éclairer. Échappé à ce danger, il consacra un temple à Jupiter Tonnant. (6) On lui doit encore d'autres édifices qui ne portent point son nom, mais celui de ses neveux, de sa soeur ou de sa femme, comme le portique et la basilique de Lucius et de Caius, les portiques de Livie et d'Octavie, et le théâtre de Marcellus. (7) Souvent il engageait les principaux citoyens à décorer Rome, chacun selon ses facultés, ou par de nouveaux bâtiments, ou par des réparations. (8) Aussi y en eut-il beaucoup de construits par diverses personnes. C'est ainsi que Marcius Philippus érigea le temple de l'Hercule des Muses; L. Cornificius, celui de Diane; Asinius Pollion, le vestibule de la Liberté; Munatius Plancus, le temple de Saturne; Cornelius Balbus, un théâtre; Statilius Taurus, un amphithéâtre; enfin M. Agrippa, un grand nombre de beaux monuments.

Vocabulaire

a/ab, prép. : + Abl. : à partir de, après un verbe passif = par
aedes, is, f. : la maison, le temple
amphitheatrum, i, n. : l'amphithéâtre
atrium, i, n. : grande salle (à l’entrée de la maison romaine), salle d’entrée (des monuments publics).
compleo, es, ere, pleui, pletum : remplir
egregius, a, um : 1 - choisi, de choix, d'élite. - 2 - distingué, remarquable, éminent, supérieur, illustre, éminent. - 3 - favorable, propice. - 4 - glorieux, honorable.
et, conj. : et. adv. aussi
exstruo, is, ere, struxi, structum : accumuler, construire, élever
libertas, atis, f. : la liberté
multus, a, um : en grand nombre (surtout au pl. : nombreux)
sicut, inv. : comme
taurus, i, m. : taureau
tunc, adv. : alors
uero, inv. : mais
uerus, a, um : vrai

Agrippa, ae, m. : Agrippa
Asinius, i, m. : Asinius
Balbus, i, m. : Balbus
Cornelius, i, m. : Cornélius
Diana, ae, f. : Diane
Hercules, is, m. : Hercule
Marcius, i, m. : Marcius
Munatius, i, m. : Munatius
Musa, ae, f. : une des Muses, Musa (nom romain)
Philippus, i, m. : Philippe
Pollio, Pollionis, m. : Pollion
Saturnus, i, m. : Saturne
Statilius, i, m. : Statilius (nom d'homme)