Vers de 8 syllabes, employé dès les origines en poésie française : Vie de saint Léger (XI° s.), romans de Chrétien de Troyes (Perceval) etc. La poésie médiévale emploie aussi le décasyllabe. A partir du XVI° siècle, l'emploi de l'octosyllabe est minoritaire. On le trouve notamment dans l'«Ode à Cassandre» de Ronsard Mignonne, allons voir si la rose; La Fontaine l'emploie volontiers; Théophile Gautier l'emploie quasi exclusivement dans Emaux et Camées

L'octosyllabe apparaît en poésie latine sacrée au IV° siècle, chez saint Ambroise et Prudence notamment. (Rappel : la poésie antique employait des vers rythmiques et non des vers syllabiques.) 
Exemples d'hymnes ambrosiennes en octosyllabes : 
 - http://dugardin.vb.chez-alice.fr/hagio/hymnes.php 
 - http://site-catholique.fr/index.php?post/Hymne-de-Saint-Ambroise-a-l-Esprit-Saint-consolateur
Exemples d'hymnes de Prudence en octosyllabes : 
 - «Hymnus ad galli cantum» http://remacle.org/bloodwolf/eglise/prudence/cathemerinon.htm 

cf Les Origines du vers français