Imprimer
Textes
Affichages : 272

Lettre de Pline le Jeune à Trajan et réponse (rescrit) de l'empereur (vers 112 A.D.) - deux traductions de l'ensemble : pdf 

Extrait avec notes et questions in Hatier Tle, étudié à l'AmL avec Mme Tyldesley en 2018-2019 : 
 - page du manuel Hatier : PlineJeune-CorrespondanceX_97-extrait.pdf  (compléments du livre du professeur : pdf)
 - exerc. trad. par gr. de mots de cet extrait : pdf  (corrigé : pdf)
 - texte avec analyse préparatoire : pdf

Analyse détaillée

(1) Sollemne est mihi, domine, omnia [de quibus dubito (ad te)] referre. Quis enim potest melius uel cunctationem meam regere uel ignorantiam instruere? Cognitionibus (de Christianis) interfui numquam: ideo nescio [quid et quatenus aut puniri soleat aut quaeri]. 

C. (= Caius) Plinius (N > auteur de la lettre)
Trajano imperatori (D > destinataire)
sollemne est mihi: c’est devenu pour moi une habitude de..., je me suis fait un devoir de...
ad te referre + Ac (omnia...): de m’en référer à vous, de vous consulter sur...
omnia [de quibus dubito]: tout ce sur quoi j’ai des doutes
quis (pr interrog N sg m): qui
potest melius (adv compar) : peut mieux
vel... vel... : ou... ou..., soit... soit...
cunctātĭonem (Ac > COD de regere) (cunctātĭo, ionis, f. : l'hésitation, l'incertitude)
rĕgo, is, ere, rexi, rectum : commander, diriger
> reformuler: me diriger dans mes hésitations
ignorantiam (Ac > COD de instruere): l’ignorance
instrŭo, is, ere, struxi, structum : instruire.
> reformuler: m’instruire quand je suis dans l’ignorance
cognĭtĭo, ionis, f. : l'enquête, l'instruction
de Christianis : sur, au sujet des Chrétiens 
interfui (1 sg pf de intersum: participer à +D : cognĭtĭonibus)
numquam : ne ... jamais
ĭdĕō : pour cette raison
nescĭo, is, ire, iui, itum : ignorer
quĭs, quae, quid : qui ? quoi ?
quātĕnŭs, adv. : jusqu'à quel point
soleat (3 sg pr subj : subj car subord. interrogative indirecte) : il convient
aut puniri (inf passif): qu’ils soient punis
aut quaeri (inf passif): qu’ils soient recherchés

(2) Nec mediocriter haesitaui, [sitne aliquod discrimen aetatum, an quamlibet teneri nihil (a robustioribus) differant]; detur paenitentiae uenia, an ei, [qui omnino Christianus fuit], desisse non prosit; nomen ipsum, [si flagitiis careat], an flagitia cohaerentia nomini puniantur. Interim, <in> iis [qui (ad me) tamquam Christiani deferebantur], hunc sum secutus modum. 

Nec mediocriter : pas peu
haesitaui (1 sg pf) : j'ai hésité
-ne... an : si... ou bien si...
sit (3 sg pr subj sum) : il y a
ălĭquī, quă, quŏd, adj. : quelque
discrīmĕn, inis, n. : la différence
aetatum (G pl aetās, atis, f. : l'âge)
quamlĭbet, adv. : à quelque degré que (se rapporte à teneri)
tĕneri (adj substantivé - N pl m de tĕner, era, erum : tendre): les enfants
robustioribus (adj substantivé - Ab pl compar rōbustus, a, um : fort, robuste, solide)
differant (3 pl pr subj)
detur (3 sg pr subj passif de do, das, dare): s'il était donné
vĕnĭa, ae, f. : le pardon, la bienveillance (ueniam dare : accorder une faveur à qqn, excuser qqn)
paenĭtentĭae (D sg de paenĭtentĭa, ae, f. : le repentir, le regret)
an ei (D) qui (N): ou si à celui qui
omnīno, adv. : complètement, tout à fait
prosit (3 sg pr subj prosum)
desisse (inf pf de dēsĭno, is, ere, sii, situm : cesser)
nomen ipsum : le nom lui-même
careat (3 sg pr subj de căreo, es, ere, ui, iturus : manquer de + Ab)
flagitiis (Ab pl flāgĭtĭum, ii, n. : action honteuse et scandaleuse)
flagitia (N pl > S de puniantur)
cohaerentia (N pl n > Epit de flagitia)
nomini (D sg > Compl de l'adj cohaerentia)
cohaerentia nomini : attachées au nom
puniantur (3 pl pr subj)
intĕrim, adv. : pendant ce temps, entre-temps
qui (N pl > S de deferebantur)
deferebantur (3 pl impf passif): étaient déférés
tamquam Christiani : comme chrétiens, en tant que chrétiens
hunc modum (Ac > COD de sum secutus)
sum secutus (1 sg pf déponent de sequor): j'ai suivi

J'ai beaucoup hésité s'il y a quelque différence pour l'âge, ou bien si aussi jeunes soient-ils les enfants ne diffèrent en rien des plus robustes; si le pardon était accordé à la pénitence, ou si pour celui qui fut une fois (généralement) chrétien, il ne sert à rien de cesser (de l'être); le nom lui-même (est-il puni) s'il n'y a pas de crime, ou est-ce les crimes attachés au nom qui sont punis? Entretemps, contre ceux qui m'étaient déférés comme chrétiens, j'ai suivi le mode opératoire suivant: 

 (3)

Interrogaui ipsos [an essent Christiani]. Confitentes iterum ac tertio interrogaui supplicium minatus; perseuerantes duci iussi. Neque enim dubitabam, [qualecumque esset [quod faterentur]], pertinaciam certe et inflexibilem obstinationem debere puniri

Je leur ai demandé à eux-mêmes s’ils étaient chrétiens. 

(4)

Fuerunt alii similis amentiae, [quos, [quia ciues Romani erant], adnotaui (in urbem) remittendos]. 

Mox ipso tractatu, [ut fieri solet], [diffundente se crimine] plures species inciderunt

Bientôt par la mise en oeuvre elle-même de la procédure, selon l’usage, l’incrimination (l’accusation) se diffusant, de nombreux cas se présentèrent. 

(5)

Propositus est libellus (sine auctore) multorum nomina continens. 

Une affiche anonyme fut placardée, qui contenait le nom de beaucoup de gens. 

[Qui negabant [esse se Christianos aut fuisse]], [cum (praeeunte me) deos appellarent et imagini tuae, [quam propter hoc iusseram cum simulacris numinum afferri], ture ac uino supplicarent, praeterea male dicerent Christo], [quorum nihil cogi posse dicuntur [qui sunt (re uera) Christiani]], dimittendos putaui.