Imprimer
Latin liturgique
Affichages : 1227

Deux Credos sont communément en usage : 
 - le Symbole des Apôtres
 - le Symbole de Nicée

Le terme symbole désigne un "Ensemble de formules résumant la foi chrétienne; profession de foi chrétienne. Symbole baptismal; symbole de la foi." (TLF). 

L'existence d'une formulation résumée de la foi est fort ancienne. Dans la lettre de saint Ignace d'Antioche aux Tralliens, au début du IIème siècle, on trouve une manière de citation d'un symbole de la foi. Le contenu du Symbole des Apôtres peut se déduire du Nouveau Testament : https://fr.wikipedia.org/wiki/Symbole_des_apôtres#Fondements_apostoliques

Le Symbole de Nicée tire son nom du premier Concile œcuménique, qui eut lieu à Nicée en 325 (soit 12 ans après l'Edit de Milan par lequel l'empereur Constantin promulga la liberté de culte pour les chrétiens). Cependant, le texte fixé à Nicée a été enrichi et précisé durant le second concile œcuménique, à Constantinople en 381 (d'où son appellation Symbole de Nicée-Constantinople). Le concile de Chalcédoine, en 451, l'a réaffirmé. Tous ces conciles se sont déroulés en grec et le texte original est fixé dans cette langue commune de la partie orientale de l'Empire romain.

Le Credo latin, ainsi que ses traductions en langues vernaculaires dans l'Eglise catholique, comporte deux ajouts à ce texte grec commun : Deum de Deo (à propos du Fils) et Filioque (à propos de l'Esprit Saint). Ce deuxième ajout vient du concile de Tolède, en 589, et a toujours été l'objet d'une querelle entre Orient et Occident. (Quant à l'expression Deum de Deo, elle ne fait pas débat car elle se trouvait dans la première formulation, celle fixée à Nicée.)

Comparaison du Symbole des Apôtres et du Credo de Nicée en latin : pdf (+ quiz d'analyse : pdf)

Texte grec du Credo de Nicée-Constantinople (+Tolède) : pdf